Interview de Maxence Meunier-carus, éleveur laitier bio de la coopérative Sodiaal

Nous avons été au plus près de la création du lait Candia à la rencontre de Maxence Meunier-carus, éleveur laitier bio de la coopérative Sodiaal.

L’exploitation de Maxence est nichée entre Lyon et Grenoble dans les montagnes, à Saint-Sulpice-des-Rivoires.

Installé depuis trois ans sur la ferme familiale, il représente la 4ème génération d’éleveurs de sa famille, sur ce même lieu et a décidé de prendre la suite de ses parents après un parcours d’ingénieur agro et de conseiller laitier, au sein de la coopérative Sodiaal.

Le gros changement mené à son installation a été la conversion en bio de l’exploitation (ce qui implique de ne pas utiliser de produits de synthèse pour produire).

Ce jeune agriculteur exploite 75 hectares et compte 45 vaches Simmental sur son exploitation.

Son métier consiste bien entendu à produire du lait mais aussi un peu de viande. Il le fait à partir de ses terres qui lui permettent de nourrir son troupeau. Il élève 100% de ses vaches, autrement dit, Maxence élève toutes ses femelles directement sur la ferme, pour en faire des vaches laitières.

Ayant « hérité » du modèle coopératif qu’avait également choisi les générations précédentes sur le ferme, il a naturellement continué sur cette voie, mais en prenant bien entendu en compte les préoccupations de son temps et de sa génération !

Nous avons également pu à ses côtés nous familiariser avec l’accompagnement de Candia et de la coopérative Sodiaal auprès des jeunes agriculteurs…

Comment la marque Candia et la coopérative Sodiaal accompagnent les jeunes éleveurs ?

 D’une manière générale, quand un nouvel adhérent arrive au sein de la coopérative, Sodiaal va lui apporter une aide technique (Proposée par un conseillé laitier). Il y a également un service d’agro-équipement et d’agro-fourniture qui fournit par exemple le tank à lait présent dans chaque ferme et qui permet de stocker le lait dans des conditions optimales à la sortie de la traite jusqu’à la collecte de ce dernier.

Les producteurs peuvent aussi s’investir localement dans la vie de la coopérative, participer à des groupes de travail et échanger avec leurs pairs sur leur métier, leurs pratiques etc…

Depuis 2013, tous les ans, il y a de manière globale 2 500 exploitations laitières en France qui disparaissent et 42% des éleveurs ont à date plus de 50 ans. Dans ce contexte, Sodiaal prend tout particulièrement à cœur cet enjeu de renouvellement des agriculteurs et c’est pour cela que la coopérative souhaite faciliter l’installation et l’accompagnement des jeunes.

La coopérative Sodiaal a décidé il y a quelques années déjà de prendre à bras le corps cette problématique avec un fond dédié, et elle attribue depuis 2014 à tous les jeunes installés qui ont entre 18 ans et 40 ans une enveloppe de 10 000 euros (à utiliser sur 5 ans) en plus de l’aide et du soutien global attribué par la coopérative à l’ensemble des agriculteurs adhérents.

Pouvez-vous me parler de la brique de lait « Candia aide les jeunes agriculteurs » ?

La brique de lait « Candia aide les jeunes agriculteurs » permet aux consommateurs de s’impliquer en faveur des jeunes agriculteurs de manière très concrète. Sur chaque brique vendue de ce lait, 5 centimes va en plus dans le fonds solidaire de 10 000 euros. L’objectif est de faire grossir ce fond un peu plus chaque année.

Cette brique permet aussi de parler de cette problématique de renouvellement des générations et de potentiellement donner envie à des jeunes de s’installer !

Découvrez la vidéo de notre immersion chez Candia, à la découverte de l’exploitation de Maxence Meunier-carus.