Coronavirus : la crise sanitaire a-t-elle changé les habitudes alimentaires des Français ?

Si de nombreux français se sont mis à consommer plus bio et local pendant le confinement, ces habitudes ont changé davantage par contrainte que par choix. Il n’est pas certain qu’elles perdurent à long terme, une fois l’angoisse du virus passée, analyse Sylvain Zaffaroni, cofondateur de Pour nourrir demain, interrogé par Pourquoi docteur.

(…) Pour Sylvain Zaffaroni, cofondateur de Pour nourrir demain, média engagé “pour influencer positivement l’ensemble des maillons de la chaine agro-alimentaire pour nourrir demain !”, à l’initiative d’une communauté du même nom, “la crise sanitaire a fondamentalement changé les habitudes des Français sur le local et le bio sur la durée du confinement”. Toutefois, “ce changement a été fait davantage par contrainte”, nuance-t-il auprès de Pourquoi docteur.

“Avant, les personnes qui consommaient local le faisaient car cela les rassurait : elles voulaient diminuer leur impact carbone et faire travailler les petits artisans ou les agriculteurs français. Pendant le confinement, les achats locaux ont été justifiés par la proximité : les Français se sont rapprochés des magasins les plus proches de chez eux”. Qui plus est, les petits producteurs n’ont pas souffert de pénurie de produits quand certains supermarchés manquaient de denrées de base.

“Quant au bio, toutes les personnes qu’on a interrogées qui s’y sont mises pendant le confinement ont été poussées par la contrainte sanitaire et la peur du virus. Le fait de se dire que les aliments étaient cultivés sans pesticides les rassuraient. Les gens ont voulu se protéger en mangeant mieux. Donc finalement, dans les deux cas, ces habitudes ont été prise de manière contrainte et forcée”, argumente le spécialiste. C’est pourquoi, ce dernier ne mise pas sur un changement des habitudes dans la durée. Pour lui, “les nouveaux réflexes adoptés pendant le confinement vont continuer tant qu’il y aura la peur de virus mais à moyen ou à long terme, il est peu probable que l’usage du bio et du local continuent à croître de la sorte” (…)

Lire l’article complet sur www.pourquoidocteur.fr

Catégories : Agir pour nourrir demain